Poulet à la sauge

La sauge dans le jardin joue de la résistance à notre météo aussi j’en ai profité pour tester la recette de Syl du blog « Thé, lectures & macarons »

.
Ingrédients pour 2 personnes :
– 2 cuisses de poulet
– 3 carottes
– 1 bouquet de sauge
– 1 verre de vin blanc
– 3 cuillères à soupe de crème fraîche, pour moi du skyr
– Sel, poivre, ail, thym, romarin

Préparation :
– ôter la peau des cuisses de poulet, couper les carottes à la mandoline et détacher les feuilles de sauge.
– Mettre le tout dans une cocotte ou une sauteuse, ajouter les herbes, les grains de poivre, l’ail, le sel et le vin blanc. Faire cuire une petite heure sur feu doux tout en surveillant le jus de cuisson pour que la viande n’attache pas.
– En fin de cuisson, réserver la viande dans un plat chaud, ajouter la crème fraîche ou le skyr, gratter pour récupérer les sucs de viande, laisser sur le feu 5 minutes, napper les cuisses et servir de suite ou remettre celles ci dans le plat pour servir.

Je n’ai rien changé à la recette sauf remplacé la crème fraîche et Syl mets la viande dans l’eau ce qui revient à la faire bouillir, nous nous préférons braisé donc cuite dans très peu de liquide.

Chez Ma : succès

Voilà une partie de pétanque couronnée de succès pour la personne qui a sa boule près du cochonnet, en l’occurence, moi ! Je n’avais pas pris cette photo pour le challenge mais pour faire voir à des amis qu’il m’arrivait de gagner. J’aurais pu mettre la photo de Frédéric Perrot lors de la remise du prix « roman de l’estuaire » mais j’ai omis de lui demander l’autorisation ; j’aurais pu mettre des plats vides avant que je n’ai le temps de faire même une photo ! mais je suis sûre que vous préférez voir le contenu et avoir la recette…

Allez chez Ma voir comment les autres participant(e)s évoque le succès

Je ne répondrai pas de suite à vos commentaires je fais de nouveau une pause, cette fois 50 ans à souhaiter dignement avec un effet de cousinade…

Crumble abricots-pêches



Ingrédients
· 200 g d’abricots (poids net sans noyaux)
· 2 pêches
· 20 g de farine de riz
· 20 g de sucre blond de canne
· 20 g de poudre d’amandes
· 20 g de purée d’amandes
Préparation
Pour 4 personnes.
Préparer la pâte à crumble : mélanger la poudre d’amandes, le sucre et la farine de riz. Ajouter la purée d’amandes et travailler jusqu’à obtenir grossièrement du sable. Rincer les fruits, les dénoyauter et les couper en morceaux. (La peau des pêches s’est enlevée au moment de les couper en morceaux donc pour moi les morceaux de pêches étaient sans la peau, les abricots étaient très mûrs et certains étaient réduits en purée). Huiler 4 petits moules ou un moule à gratin. Déposer les morceaux de fruits puis égrener la pâte sur les fruits. Enfourner 20 minutes à 180°C sans préchauffage. Déguster tiède ou froid.
Variantes
· Varier les fruits et les associations (banane/fraise, fruits rouges etc). Pour les fruits plus durs comme les pommes par exemple, prolonger la cuisson et vérifier à l’aide d’un couteau (les fruits doivent être tendres).
· Mélanger des compotes aux morceaux de fruits.
· Ajouter des fruits secs, de la noix de coco râpée, des pépites de chocolat ou du cacao à la pâte à crumble.
· Pour un effet plus croustillant, ajouter une cuillère à soupe d’huile d’olive.
· Remplacer la poudre d’amandes par de la poudre de noisettes ou de pistaches.
· Varier les purées d’oléagineux (purée de noisettes etc).

Recette prise sur le blog « dame bio » ; il y avait longtemps. L’avantage de la purée d’oléagineux, est qu’elle remplace le beurre qui n’est pas forcément toujours très sain en grande quantité.

Vol au dessus d’un nid de coucou

Avec ‘l’été retour des vieux films et des classiques, aussi l’opportunité de parler du roman « vol au dessus d’un nid de coucou’ ayant pour titre tout d’abord « la machine à brouillard » de  Ken Kesey. 

Il décrit un univers psychiatrique où l’homme est traité comme une bête jusqu’au jour  ou tout change et qu’on leur rend espoir et leur rendant leur dignité et en les considérant comme des humains.   

Ce récit a été mis en scène an 1963 par Mac Douglas à Broadway et joué en 2017 au théâtre Danois à Paris 

Puis en film en 1975 par Mac Douglas ayant pour lieu de tournage un service psychiatrique de l’hopital de Storybrooke

Enfin en série télévisée en 2012.